A l’aube de l’humanité


De Montignac jusqu’à Limeuil, la Vézère coule au sein d’une nature sauvage, au cœur de la Vallée de l’Homme. Un voyage en dehors du temps, le long de ses rives surplombées de falaises et de sites préhistoriques prestigieux dont 13 sont classés au patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

FICHE D’IDENTITÉ

Source  : Puy Pendu, Massif-central, à Meymac en Corrèze (19)
Déversoir  : Rivière Dordogne à Limeuil
Longueur totale : 211 km, 52 communes et 2 départements traversés (Corrèze et Dordogne)
Ses affluents : 39 (dont la Corrèze par ex.)
Ses confluents : 1 (Dordogne)
Classe de rivière / difficulté de navigation : 1ère catégorie (très facile) en Dordogne ; La Vézère est calme, peu profonde, accessible à tous et aux débutants. Pas de barrages ni de rapides dangereux. Mais attention ; un long parcours est difficile car le courant est faible (en été) !


La vallée de la Vézère, Grand Site de France

 

 

 

Depuis janvier 2020, le site bénéficie du label Grand Site de France et récompense la richesse de ses paysages aux multiples facettes, de son patrimoine préhistorique et architectural remarquable et de son exceptionnelle richesse écologique. Une fête célèbre cette distinction chaque année.

 

L’héritage des ancêtres

En l’absence de grands ouvrages de retenue qui auraient pu civiliser son cours et alimentée par de nombreuses sources, la Vézère a préservé les atouts d’une rivière aux conditions de navigation idéales. Impétueuse en amont à la descente des hauts plateaux d’Auvergne, elle s’assagit aux portes du Périgord noir pour entrer en communion avec des paysages emblématiques… De Montignac jusqu’à Limeuil - où elle rejoint la Dordogne - la Vézère prend sa source à l’aube de l’Humanité. Le patrimoine laissé par nos lointains aïeux prend une dimension bien différente de celle que l’on peut percevoir depuis la terre… Et pour cause : les sites exceptionnels qui en jalonnent l’itinéraire ne dévoilent leur intégrité que depuis la rivière.

 

Les mystères de la Vallée de l’Homme

La Vézère inspire ainsi silence et respect devant les hauts lieux de la Préhistoire et des constructions faites par l’Homme de Cro-Magnon pour certaines. Comme au pied des forteresses dont les silhouettes ombragent l’eau calme. Le parcours est évocateur… Montignac-Lascaux, les châteaux de Belcayre et de Losse juchés sur leurs promontoires puis les villages de Sergeac et de Saint-Léon précèdent l’arrivée en des méandres aux reliefs plus marqués. Les grandes terrasses de la Roque Saint-Christophe font face au gisement néandertalien du Moustier, les constructions troglodytiques de la Madeleine se découvrent comme une cité perdue et les excavations de pierre, les rochers des Sept frères, la falaise du Grand Roc et de Laugerie-Basse, Gorge d’Enfer et le Roc de Tayac s’élèvent en haie d’honneur pour annoncer le passage à travers les Eyzies, capitale mondiale de la Préhistoire. En poursuivant vers le couchant, l’horizon s’élargit pour ouvrir le passage entre les quais du Bugue et enfin accompagner la rivière jusqu’à son confluent à Limeuil, l’un des plus beaux villages de France.

 

Des paysages exceptionnels au rythme de la nature

Sertis dans un tel environnement patrimonial, les éléments enrichissent l’harmonie d’un parcours inoubliable. Dans cette partie, relativement proches l’une de l’autre pour rassurer les moins téméraires, les berges alternent les contrastes. L’ombre et les rayons du soleil jouent avec les branches des arbres, les falaises de calcaire se dressent haut vers le ciel avec la force tranquille des millénaires d’histoire qu’elles surplombent. Cette rivière calame et souvent éloignée des routes, c’est la nature vierge qui vous tend les bras.

 

Une atmosphère unique émane de cet univers aux accents sauvages

Ses nombreuses falaises offrent à la vallée de la Vézère de très agréables espaces fermés et ombragés, un environnement idéal pour la faune locale. Sans se soucier de la présence humaine, les martins pêcheurs guettent leurs proies, des escadrons de colverts s’ébrouent entre les rochers et les faucons pèlerins défendent leur territoire aérien. Par endroit, des chevaux accompagnent au petit trot la descente des rameurs et, entre les îlots de galets, les pétales blancs des renoncules aquatiques éclosent le matin à fleur d’eau pour le plus grand bonheur d’un ballet de libellules.

 

 

© photo : agence les conteurs

A voir aussi

NOUS CONTACTER

Comité Départemental du Tourisme
de la Dordogne

25 rue Wilson - BP 40032
24002 Périgueux Cedex
05 53 35 50 24
du lundi au vendredi de 9h à 17h

Gardons le contact !